Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Etes-vous un éleveur sensibilisé à l’effet des maladies métaboliques sur la santé de la mamelle ?

Etes-vous un éleveur sensibilisé à l’effet des maladies métaboliques sur la santé de la mamelle ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Compter les A, B ou C dans vos réponses pour définir votre profil.

Question 1 : une ration déséquilibrée, peut-elle être un facteur favorisant des problèmes de mammites et de cellules ?

A - Oui, c’est sûr
B - Peut-être, dans certains cas
C - Non, il n’y a pas de lien entre les deux

"L’alimentation est notre première médecine" disait Hippocrate, pour les vaches aussi. Des manques provoquent des carences, des excès deviennent toxiques et cela rend l’animal plus fragile et sensible aux maladies.

Question 2 : vous connaissez l’acidose (trop d’énergie ou pas assez de fibres provoquent trop de production d’acides dans le rumen) et la cétose ou acétonémie (un manque d’énergie oblige l’animal à puiser dans ses réserves et abime son foie). Ces 2 maladies métaboliques peuvent-elles avoir des répercussions sur la santé de la mamelle ?

A - Oui, le lien est même prouvé par des études.
B - Oui mais seulement si les animaux sont vraiment malades
C - Non, il n’y a pas de lien entre les deux

L’acidose comme l’acétonémie sont des facteurs favorisant les problèmes de mammites et de cellules. Il faut être  vigilant car même les acidoses et les acétonémies subcliniques, c’est-à-dire celles où votre vache ne semble pas malade, suffisent pour la rendre plus sensibles aux germes qui attaquent la mamelle.

Question 3 : est-ce que je peux agir sur les troubles métaboliques même subcliniques de mes vaches pour limiter les mammites ?

A - Oui, c’est possible, mais avec des outils de suivi.
B - Oui, c’est simple, il suffit de les regarder.
C - Non, c’est trop complexe.

L’acidose comme l’acétonémie sont des maladies d’origine alimentaire. Les détecter en regardant l’animal est complexe car la vache n’est pas malade. Quelques signes discrets peuvent apparaitre : poil un peu terne, bouses anormales mais le diagnostic se fait le plus souvent par un suivi global du cheptel, une analyse poussée de la ration (son degré énergétique, sa fibrosité) ou d’autres pathologies liées comme des problèmes de ligne blanche sur les pieds…

Soyez attentif car beaucoup de facteurs sont liés les uns aux autres et il importe toujours de prendre du recul pour regarder globalement une situation.


Résultats du test

Plus de A : vous êtes un éleveur bien informé et conscient de l’importance de l’alimentation. Plongez-vous dans l’article "alimentation et mammites" car il y a d’autres facteurs possibles comme l’hypocalcémie… 

Plus de B : vous avez raison, il ne faut pas toujours être alarmiste. Mais le problème mammaire est favorisé par n’importe quel déséquilibre même discret. Prenez le temps de lire l’article "alimentation et mammites", il explique bien les liens.

Plus de C : vous êtes plutôt du genre à croire ce que vous voyez. Pourtant, la santé de la mamelle dépend de l’état général de votre vache qui est lui fortement influencé par son alimentation. Tout cela est assez vicieux. Renseignez-vous sur les "habitudes anti-mammites", vous pourriez être surpris.

Retrouver ces références sur la page Boîte à outils du site "Les mammites, j’anticipe".

C’est une mine d’informations, chacun selon son besoin.

Localiser

Pays de la Loire


L'actu des pros