Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Pacte productif 2025 : les Chambres d’agriculture proposent des orientations en faveur de l’innovation et de la modernisation du secteur agricole français

Pacte productif 2025 : les Chambres d’agriculture proposent des orientations en faveur de l’innovation et de la modernisation du secteur agricole français

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Face à la déception suscitée par les États généraux de l’alimentation (EGA) et à la relative dégradation des performances du secteur agricole français, les Chambres d’agriculture se sont saisies de la consultation sur le pacte productif 2025, lancée par le Gouvernement en juillet 2019.

Pour rappel, l’agriculture est un secteur stratégique pour l’économie française. La contribution cumulée du secteur agricole et des industries agroalimentaires avoisinent les 4 % du Produit intérieur brut (PIB) français, mais pèsent pour plus de 12 % des exportations totales françaises, tandis que nos industries agroalimentaires représentent le 1er employeur de France. Mais face à l’érosion et à la profonde remise en question de ses performances, l’agriculture française doit désormais bénéficier d’une politique économique d’envergure.

Pour cela, les Chambres d’agriculture proposent des orientations en faveur de l’innovation et de la modernisation du secteur agricole français telles que :

  • La création de systèmes d’irrigation et de gestion de la ressource hydrique, essentiels face au défi imposé par le changement climatique ;
  • La généralisation de l’Agriculture de conservation des sol (A.C.S),
  • L’optimisation des ressources tant pour l’alimentation animale (ressources fourragères) que pour l’indépendance énergétique (développement des EnR et des usages non agricoles des denrées agricoles).

Ensuite, les Chambres d'agriculture souhaitent une politique ambitieuse pour renforcer la compétitivité de l’agriculture française, à travers des financements en faveur de la transition numérique et de la performance des infrastructures logistiques, et pour soutenir les entreprises exportatrices de produits agroalimentaires. Parmi le panel de mesures proposées :

  • Un renforcement des infrastructures numériques dans le monde rural, ainsi que des moyens humains et financiers pour permettre aux Chambres d’agriculture d’organiser le stockage et la valorisation des données utiles à la transformation de l’agriculture ;
  • Des investissements publics pour renforcer les infrastructures logistiques répondant aux besoins des acteurs agroalimentaires ;
  • Une politique commerciale qui promeut les atouts offensifs de l’agriculture française à l’exportation et qui défende les secteurs les plus sensibles, appelant donc à un réexamen des accords commerciaux globalement défavorables au secteur agricole ;
  • Une redéfinition de la politique économique de la zone euro, qui doit être réorientée notamment vers une relance de la consommation alimentaire des ménages.

L’agriculture française reste l’un des seuls secteurs contributeur net à la balance commerciale française malgré son érosion (+ 6,7 milliards d’€ en 2018), et l’agriculture la plus autonome sur le plan alimentaire de tous les pays de l’Union européenne. Les menaces pesant sur ces deux facteurs doivent donc susciter une prise de conscience rapide de la part des autorités publiques, et des moyens ambitieux pour préserver et redéployer ces atouts économiques et stratégiques.

Source : Assemblée permanente des Chambres d'agriculture.

Localiser

France

L'actu des pros