Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Sécheresse estivale, les bons réflexes

Sécheresse estivale, les bons réflexes

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Carte d’Indice ISOP des prairies permanentes

Depuis juillet, hormis les orages et de trop rares pluies, c’est le Sahara ! Nombre d’entre vous, éleveurs sont déjà dans un affouragement hivernal en ponctionnant les stocks du printemps. Bien qu’ayant eu à nouveau un petit épisode pluvieux et orageux, la météo ne prévoit pas une période de pluies conséquentes et continues dans les quinze jours à venir. Les températures seront par contre toujours particulièrement clémentes. Il est donc possible que certains puissent compter sur des regains d’automne. Il est également à craindre qu’il faille restaurer certaines prairies.

Dans ce contexte délicat, nous vous proposons d’appréhender les étapes suivantes :

En cas de déficit du bilan fourrager sévère et en absence de disponibilité de fourrages sur le marché, formuler une demande de dérogation est toujours possible pour des achats de fourrages grossiers conventionnels. Mais c’est bien en dernier recours et l’accord n’est en rien automatique !

En dernier recours

Pour obtenir une dérogation, il faut en faire la demande auprès de votre organisme certificateur à l’aide du formulaire « Perte ou restrictions de production fourragère » téléchargeable sur le site de l’INAO (Institut national de l'origine et de la qualité) :

  • Etablissant un bilan fourrager qui précise en fonction de la ration composée le volume du déficit jusqu’à la prochaine mise à l’herbe. La dérogation n’est pas un palliatif pour reconstituer les stocks, mais seulement un moyen exceptionnel d’assurer la soudure
  • Faisant la preuve que vous n’avez pas trouvé dans un périmètre proche (100 km) de fourrage en AB (coup de téléphone, petites annonces, … en fournir les adresses, coordonnée et les raisons du refus)
  • La demande sera transmise à l’INAO qui fera une analyse au cas par cas
  • Cette analyse repose sur une évaluation de la réalité du déficit annoncé
    • L’exploitation est ou non dans un secteur en calamité agricole ou en catastrophe naturelle ;
    • La référence à l’indice ISOP (indice de croissance des prairies naturelles). La carte du cumul jusqu’au 20 septembre de la pousse pour la campagne 2018, montre qu’en Pays de la Loire compte tenu des récoltes potentiellement importante du printemps, nous sommes dans la normale voire excédentaire. Ceci en dehors de la Mayenne et des secteurs de marais.
    • Le contrôle de l’absence de disponibilité dans un périmètre proche. L’INAO effectue luimême des sondages sur les petites annonces par exemple.
    • L’évaluation de la cohérence de la demande en volume et nature de fourrage est prise en considération dans l’ordre de priorité suivant :
      • les fourrages C2
      • Les fourrages C1
      • les foins de PP
      • les foins de PT (dont luzernières)
      • La paille
      • Les autres fourrages grossiers à l’exclusion du maïs
    • Les fourrages non bio seront distribués en priorité aux animaux non productifs : génisses, vaches taries

C’est au regard de l’ensemble de ces éléments qu’une autorisation de dérogation sera (ou non) accordée. Celle-ci sera valable pour une période donnée et les lots d’animaux concernés. Lors de la mise à l’herbe, l’ensemble du surplus non consommé devra être détruit ou rétrocédé.

Attention l’achat de fourrages non bio ne peut être que postérieur à l’acceptation de la dérogation. Dans le cas contraire la production pourra être déclassée.

Pour toute question, contacter le pôle Agriculture biologique de la Chambre d'agriculture Pays de la Loire - Tél. 02 41 18 60 50

L'actu des pros