Vous êtes ici : Accueil > Agro-écologie > Principes de l'agro-écologie > Infrastructures agro-écologiques > L'arbre : multifonctionnalité et performance au service de l’agriculture de demain

L'arbre : multifonctionnalité et performance au service de l’agriculture de demain

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les systèmes agroforestiers : arbres et arbustes aux multiples facettes

Alors que l’arbre a été trop longtemps jugé encombrant, inutilement consommateur de place et peu rémunérateur, les systèmes agroforestiers se présentent aujourd'hui comme des dispositifs capables d’accompagner l’agriculture dans l’adaptation nécessaire face aux enjeux techniques, économiques et environnementaux auxquels elle est confrontée.

Le paysage régional se construit en forme de maillage bocager (trame à la périphérie des parcelles), de vergers, d’arbres isolés (sous issus d’anciennes haies). Désormais, l'arbre réapparait aussi au travers de plantations agroforestières, à l’intérieur des parcelles, à faibles densités (30 à 50 arbres à l’hectare en majorité). Si les systèmes agroforestiers sont très anciens, ils nécessitent, pour parfaitement accompagner l’agriculture, d’être bien adaptés aux contraintes techniques et économiques actuelles.


Une multifonctionnalité du bocage très performante

L'arbre peut rendre d'innombrables services dans l’espace agricole. S’il est porteur de paysages attrayants et qu'il peut contribuer à l’amélioration de l’image de l’activité agricole, son rôle va bien au-delà.

Limiter l'érosion et stocker l'eau des sols

L'arbre a la capacité de fixer le sol en limitant l’érosion par l’eau ou le vent. Il aide également à la gestion de l’eau lors d’épisodes pluvieux abondants ou de sécheresse plus ou moins marquée. On parle de plus en plus de l’arbre comme d’un ascenseur hydraulique capable de remplir les nappes mais aussi d’aller chercher l’eau là où les cultures ne peuvent aller la prélever. Aussi, l'arbre joue le rôle de filtre afin d'améliorer la qualité de l'eau.

Lutter contre les effets du vent

Il ne faut pas oublier son rôle de protecteur contre les effets néfastes du vent. La fonction brise-vent peut rendre bien des services aux animaux et aux cultures par temps froid ou caniculaire mais pas seulement ! En matière d’économies d’énergie et de protection des bâtiments, là encore l’arbre et la haie se montrent très performants. et protecteurs.

Préserver la biodiversité

Alors que les enjeux autour de la biodiversité sont au cœur de nombreux débats et études, les systèmes agroforestiers se montrent très efficaces pour offrir des habitats aux milliers d’espèces animales et végétales utiles à nos milieux agricoles.

Stocker le carbone

En produisant du bois, les systèmes agroforestiers stockent du carbone en grande quantité et contribuent par les feuillages et les racines à la préservation, voire même la reconstitution de la matière organique des sols.

Apporter une autonomie énergétique et consolider les revenus

Enfin les productions de bois ainsi obtenues peuvent permettre d’assurer une éventuelle autonomie énergétique ou répondre aux besoins des exploitations agricoles ou encore constituer un revenu complémentaire.

Choisir le système et s’adapter aux contraintes techniques

Pour fonctionner au mieux sur les exploitations, les associations arbres-cultures ou arbres-animaux doivent prendre en compte les contraintes des 2 productions. Quel est le meilleur système pour son activité ? Taille des parcelles, haies périphériques, haies et/ou alignements d’arbres à l’intérieur des parcelles : tout doit être réfléchi pour optimiser l’usage et la production. Pour cela, il est nécessaire de prendre du recul, se donner un peu de temps est indispensable pour mettre en place l’optimisation.

Pour l’arbre : c’est déjà demain

Changement climatique majeur oblige, l’agriculture va devoir faire évoluer ses modes de production dans un contexte économique tendu. Alors qu’ils ne disposent pas toujours des techniques actuelles, des centaines de milliers d’agriculteurs à travers la planète utilisent l’arbre comme partenaire d’une agriculture performante. En France, ils sont de plus en plus nombreux à lui refaire une place. Il faut cependant un peu de temps pour œuvrer efficacement. 2050 pour les arbres c’est demain !

Valoriser le bocage

Comment préserver et valoriser l'arbre dans le territoire agricole ? Comment mettre en place une stratégie efficace pour l'aménagement du territoire ? Quels outils pour tirer les atouts de l'arbre et de la haie ? Quel est le rôle du paysage dans la lutte contre les ravageurs ?

Préserver et valoriser l'arbre

Projet Carbocage

Booster ses performances agricoles avec l'arbre

Etude Agroforesterie

ServicesAuxil'2

Publication

L'arbre en quelques chiffres

  • Un bon maillage peut réduire jusqu’à 60 % le vent qui affecte un parcellaire agricole.
  • Un bâtiment d’élevage avicole protégé du vent peut réduire de 150 à 300 € sa note de chauffage par rapport au même bâtiment en plein vent.
  • Un système agroforestier efficace permet une bénéfice sur la parcelle de + 3 °C minimum en condition de vent et de froid et un abaissement de - 3 °C minimum en condition de chaleur.
  • La présence d’arbres en système agroforestier peut permettre d’observer + 20 à 35 % de carabidés et syrphidés par rapport à un témoin agricole sans arbre.
  • Une parcelle avec une plantation de 50 tiges d’arbres/ha peut stocker en moyenne de 1 à 4 tonnes de carbone /an.

Sources : études Casdar systèmes agroforestiers et INRA,UMR système Montpellier. Données CA72.