Vous êtes ici : Accueil > Etre agriculteur > Progresser dans ses pratiques > Booster sa performance par le climat > Réduire les engrais

Réduire les engrais

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Quatre leviers : une fertilisation équilibrée, l'introduction de légumineuses, les couverts en interculture et la gestion optimisée des prairies


Fertilisation équilibrée

Le principe

La fertilisation équilibrée consiste à déterminer la dose optimale d’azote à fournir à une culture au moment où celle-ci en a besoin. Elle permet de :

  • réduire l’impact économique lié à l’achat d’engrais
  • limiter les pertes vers l’environnement, qui représentent en moyenne aujourd’hui plus d’un quart de la fertilisation azotée minérale et organique. 

En pratique, on effectue la balance entre les besoins en azote de la culture, en fonction du rendement réaliste visé, et les fournitures en azote identifiées ou à effectuer (reliquats et apport de fertilisants). Cela dépend de plusieurs paramètres : 

  • type de culture,
  • objectif de rendement pour chaque parcelle, 
  • choix de gestion à l’échelle du système de culture et des conditions pédoclimatiques locales.

Comment faire ?

LEVIERSOUTILS, CONSEILS, FORMATIONS, PUBLICATIONS ET LIENS UTILES
Utiliser un outil de pilotage de la fertilisation et/ou des outils d’aide à la décision

OUTILS

FORMATIONS

  • Réaliser son plan de fumure et le suivi de ses pratiques agronomiques avec MesParcelles
  • Raisonner la fertilisation des cultures en maraichage
  • Etre en règle avec la conditionnalité animale (gestion des effluents organiques et RSH)
 
Connaitre son sol : fonctionnement, éléments fertilisants utilisables, interactions avec les végétaux, matières organiques…

OUTILS

CONSEIL

FORMATIONS

  • Mieux connaitre et optimiser les matières organiques de mon sol
  • Mieux connaitre mon sol pour améliorer sa fertilité 
  • Mieux connaitre mon sol pour améliorer sa fertilité (maraichage)
  • Améliorer le fonctionnement du sol pour diminuer les intrants engrais et phytos en arboriculture 
  • Diagnostic de sol par les plantes bio-indicatrices : un outil pour raisonner l'entretien de ses sols (viti)
  • Préserver le potentiel et la santé de nos prairies OB’SOL

PUBLICATIONS

 
Progresser en groupe

RÉSEAUX ET GROUPES D'ÉCHANGES

 
Avoir une approche stratégique et économique (rotation, matériels d’épandage plus performant, etc.)

FORMATIONS

 

Ça vaut le coût !

  • Outil de pilotage : - 20 kg N/ha en moyenne (-5 à -30), soit 220 kg eq. CO2 et gain de 10 €/ha.
  • Avec d'autres leviers (organique, fractionnement) : gains moyens entre 20 à 40 €/ha/an, pour un coût de l’ammonitrate de 0,90 €/kgN.
  • Economie d'intrants.

Contact

✉ Laboratoire d'analyses et de recherche (LARCA)
126 rue de Beaugé
72000 LE MANS
Tél. 02 43 28 65 86


L'introduction de légumineuses

Le principe 

Les légumineuses sont une famille de plantes dont la particularité est de pou¬voir fixer l’azote présent dans l’air. Cela est rendu possible par l’association symbiotique qu’entretiennent ces plantes avec des bactéries fixatrices d’azotes, les rhizobiums. 

On cultive deux types de légumineuses : les légumineuses à graines, utilisées en alimentation humaine et/ou animale (lentilles, pois, soja, féverole, etc.), et les légumineuses fourragères, cultivées seules ou en association avec d’autres espèces au sein de prairies permanentes ou temporaires et destinées exclusivement à l’alimentation animale (luzerne, trèfle, etc.). Elles peuvent également être cultivées associées avec des céréales et récoltées en ensilage précoce (Méteils).

Comment faire ?

LEVIERSOUTILS, CONSEILS, FORMATIONS, PUBLICATIONS ET LIENS UTILES
Bien choisir ses fourrages en fonction du sol et du climat

OUTILS

FORMATIONS

  • Sécuriser son système fourrager face aux aléas climatiques (bovin lait) (bovin viande)
  • Améliorer son autonomie alimentaire et en comprendre les conséquences en viande bovine
  • Adapter ses rations et rotations en élevage laitier pour optimiser son système fourrager et préserver ses sols et son système
  • Développer l’autonomie alimentaire
  • Sécuriser son système fourrager et valoriser ses volumes d’eau

PUBLICATIONS

 
Avoir une approche système technico-économique 

OUTIL

CONSEILS

FORMATIONS

  • Développer l’autonomie alimentaire
  • Améliorer ses rotations
  • Sécuriser son système fourrager face aux aléas climatiques (bovin lait) (bovin viande)
  • Convertir son exploitation à l’AB
  • Évaluer sa stratégie de production et la cohérence de son système laitier

PUBLICATIONS

 
Développer sa stratégie d’alimentation des animaux

OUTIL

FORMATIONS

  • Adapter ses rations et rotations en élevage laitier pour optimiser son système fourrager et préserver ses sols son système
  • Développer l’autonomie alimentaire - Formation PCAE
  • Réussir le pâturage tournant dynamique en bovins, ovins, caprins

PUBLICATIONS

 
Maitriser ses achats d’aliments et ventes de cultures

OUTIL

FORMATIONS

PUBLICATIONS

 
Maîtriser ses coût de production

OUTIL

FORMATION

PUBLICATION

 
Progresser en groupe

GROUPES

 
S’informer

BULLETINS

 

Ça vaut le coup !

  • Grandes cultures : bilan coûts/bénéfices = marge brute par culture + coût de l’utilisation d’engrais et de produits phytosanitaires + coût de labour = coût de 20 €/ha à gain de 70 €/ha selon l’hypothèse retenue => une substitution de l’orge est plus rentable qu’une substitution du colza ou du blé
  • Prairies : gain de 30 €/ha lié à l’économie d’engrais

Couverts en interculture

Cliquer sur l'image pour accéder au contenu "Couverts en interculture" :

Gestion optimisée des prairies

Cliquer sur l'image pour accéder au contenu "Optimiser la gestion des prairies" :

Réduire ses engrais

Comment mieux adapter les consommations d'engrais ? Quelles sont les leviers d'action ? Quels outils peuvent aider à réduire son impact environnemental ?

Mes Parcelles

Mes Marchés

Mes Dron'Image

PEREL : accroître l'autonomie fourragère

Laboratoire d'analyse

Progresser en groupe

Télécharger

A SUIVRE AUSSI

Deux autres leviers existent pour réduire son utilisation d'engrais : les couverts en interculture ainsi que la gestion optimisée des prairies.

Les couverts en interculture

La gestion optimisée des prairies