Journée Agriculture et climat - 2018

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Agriculture et climat : de l'exploitation au territoire, des solutions en actions - Vendredi 19 octobre 2018 - Angers (49)

Cette journée ouverte aux entreprises, aux élus, aux conseillers et techniciens, a été entièrement axée sur l'agriculture et le climat. Elle s'est articulée plus spécifiquement autour de la thématique "De l'exploitation au territoire : des solutions en action", le vendredi 19 octobre 2018.

En tant que président de l’Assemblée permanente des Chambres d'agriculture, Claude CAUCHONNEAU a montré l'implication forte, dès le début de la journée, du réseau Chambres avec des enjeux européens forts notamment dans la préparation de la future PAC qui intègrera le climat. Il faut profiter de la force de ce réseau pour être présents sur le terrain en mutualisant savoirs et compétences.


Ressources de la journée

Table ronde n° 1 : stratégies pour l'adaptation de l'agriculture

  • 10 h 15 : Etat des connaissances.  Evolution du climat : état des certitudes et des incertitudes

Présentation des évolutions du climat, des effets en Pays de la loire, de la collaboration dans le cadre des travaux ORACLE et la plateforme DRIAS (plateforme de Météo France qui donne accès à des données de projection issues du GIEC, à horizon 2080) que l’on peut exploiter.

Intervenant : Joël GUEUSQUIN, Météo France

> DIAPORAMA - Evolution du Climat : état des certitudes et des incertitudes

  • 10 h 20 : Témoignage. Les enjeux de la filière d’élevages, sécuriser les systèmes par l’autonomie fourragère

Exemple d'une exploitation de 100 vaches laitière sur 98 ha en GAEC. L’adaptation aux aléas climatiques demande une gestion du risque.

Pendant des années l’exploitation agricole a été gérée avec cette contrainte d’aléas et notamment les sècheresses. Sans labour : on constate une amélioration de la capacité de rétention d’eau, des assolements, des rotations pour plus de résilience MAIS, lorsqu’il y a une mauvaise année, la variable d’ajustement est l’achat d’aliments, et cela peut coûter très cher lors d’années difficiles, les prix flambent.

Après l'installation d’une retenue collinaire, l’accès à l’eau a rendu l’exploitation autonome en énergie : plus d’achat d’aliment alors qu’antérieurement achat d’1 camion par semaine environ !

Constat : nous continuons à optimiser nos rotations, il faut gérer le climat également sur d’autres aspects : échaudage, pousse de l’herbe mais l’eau est pour nous une assurance risque climat.

Intervenant : Philippe DUCEPT, éleveur laitier en Vendée

> PEREL, pérenniser l'élevage par l'autonomie fourragère

  • Les enjeux de la filière viticole, cas concret sur la lutte contre le gel

Les enjeux pour la viticulture avec notamment l'avancement des cycles de la vigne dont les bourgeons arrivent plus tôt ce qui les rend sensibles au gel. Deux années de suite, le gel a entraîné une perte de production, la fragilisation des exploitations dans un contexte économique déjà difficile. Fort de ce constat, un projet commun est à l'étude pour limiter le risque de gel avec des investissements collectifs.

Le climat ce sont aussi des enjeux pour la filière avec notamment une augmentation du taux de sucre, des cépages qui ne seront peut-être plus adaptés… Comment les filières s’organisent et réagissent ?

Intervenante : Carmen SUTEAU, viticultrice et présidente du Syndicat des vignerons indépendants

> DIAPORAMA - Changement climatique et viticulture

Table ronde n° 2 : stratégies d'atténuation du secteur agricole

  • 10 h 55 : Etat des connaissances. Résultats du projet "Life Carbone Dairy"

Présentation du projet, des résultats, des leviers mobilisés notamment sur les fermes pilotes.

Il est important de faire un lien avec la performance économique. Les leviers sont aussi couplés avec d’autres co-bénéfices, biodiversité, eau…

Une approche globale de l’exploitation est faite et la construction d’un projet personnalisé adapté au système est mise en place.
Des conseillers ont été formés, nous sommes aujourd’hui en ordre de marche pour descendre dans les fermes et faire des diagnostics, des coachings, des investissements, des plans d’action.

Intervenante : Charlotte MORIN, ingénieure Réseau lait à la Chambre d'agriculture de la Mayenne

> DIAPORAMA - Stratégies d’atténuation du secteur agricole, présentation des résultats du projet "Life Carbone Dairy"

> Retour sur la journée de restitution des résultats du projet "Life Carbone Dairy" le 12 avril 2018 à Angers

> CAP’2ER®, la performance d’un diagnostic de votre empreinte carbone

  • 11 h 00 : Témoignage. CAP’2ER® : réduire son empreinte carbone et gagner en performance en élevage laitier et s’informer sur la stratégie laitière bas carbone en Pays de la Loire

Réaliser le diagnostic sur la ferme permet d’identifier les personnes nourries, les bénéfices sur la biodiversité, le stockage du carbone. Les résultats montrent que la performance environnementale est couplée à la performance économique. Par contre ils sont très tributaires des aléas, une bonne année, pas d’achat extérieur, l’empreinte carbone est bonne, une mauvaise les performances carbones chutent il faut travailler en même temps sur l’adaptation.
Sur l’exploitation les progrès ont permis de pointer les améliorations possibles sur la gestion du troupeau (âge au vêlage) sur les prairies (prairies multi-espèces …)

Ce projet est un "cas d’école" qui part d’un programme de recherche Européen jusqu’à la cours de ferme et la construction d’un plan d’action. L'intérêt du projet pour tous les agriculteurs c’est un facteur d’anticipation pour le futur. L’objectif est de déployer la filière laitière bas carbone en mobilisant un maximum d’exploitations autour de la démarche.

Intervenant : Christophe SABLE, éleveur laitier et président du comité orientation Elevage, Chambre d’agriculture Pays de la Loire

> L'ambition la filière laitière bas carbone à l’échelle nationale

  • 11 h 25 : "Les sols, un potentiel de stockage du carbone" : film d’introduction à la journée du 20 décembre 2018

L’agriculture de conservation : découvrir, maîtriser, pérenniser.
Une journée est organisée le 20 décembre 2018 pour comprendre les enjeux, les freins, définir les stratégies de demain et connaitre les opportunités.

Intervenant : Pierre MULLIEZ, responsable du service agronomie, Chambre d’agriculture Pays de la Loire

> L'Initiative "4 pour 1000"

> Présentation de la journée d'échanges "Cultivons l'Agriculture de Conservation" - 20 décembre 2018

Table ronde n° 3 : l'agriculture source de solutions

  • 11 h 35 : Etat des connaissances. Le potentiel de l’agriculture sur les énergies renouvelables
    • Les résultats de l’étude
    • Le potentiel pour une région d’élevage
    • L’implication de l’ADEME pour accompagner les ENR agricoles

Intervenant : Franck DUMAITRE, directeur régional de l’ADEME Pays de la Loire

> DIAPORAMA - Agriculture et énergies renouvelables

> Etude sur le potentiel de l’agriculture pour les énergies renouvelables

> Agriculture et énergies renouvelables : un levier essentiel pour la transition énergétique

  • 11 h 40 : Témoignage. La méthanisation : le projet Bioénergie

Mettre en avant l'avantage de la méthanisation pour des agriculteurs. Cela maintient l’élevage, apporte une dynamique territoriale, crée un lien avec les collectivités (fournir de l’énergie), apporte un intérêt agricole pour la fertilisation avec la gestion des effluents.
Le développement d’une unité de méthanisation demande du temps… beaucoup de temps, il faut mettre en avant les clefs de réussite pour aboutir.
Définir le rôle des collectivités pour accompagner ces projets, soutenir ces démarches.

Des projets à long terme, nécessitant des montages complexes et un suivi permanent pour pouvoir concrétiser les projets qui doivent être soutenus par l’ensemble de la population.  On est loin du compte par rapport aux réalisations.

Intervenant : Michel BROSSIER, vice-président de Bioénergie Vihiers et agriculteur en Maine-et-Loire

> L'unité de méthanisation Bioénergie Vihiers

  • 11 h 40 : Témoignage. Innovation : les briques technologiques pour produire du biogaz en agriculture

De multiples technologies peuvent être adossées à la méthanisation : gazéification, méthanisation, hydrolyse, autant de technologies qui permettent de transformer le carbone de la biomasse jusqu’à la production ultime de biochar (charbon à usage agricole, sorte de substance hyperconcentrée du carbone aux bénéfices multiples en agriculture).

Le CEATech a vocation à travailler sur ces nouvelles briques technologiques. En Pays de Loire un partenariat est en cours de construction avec la ferme expérimentale de Derval et l’ambition de construire des pilotes pour tester grandeur nature ces innovations.

Intervenant : François NEPVEU, CEATech, chef de projets systèmes thermiques

> Le projet CEA Tech en Pays de la Loire

  • 12 h 15 : Le Parcours Climat-Culteur et la boîte à outils Climat : à chacun sa solution

Petit film déroulant le contenu du « parcours Climat-Culteur » et la boîte à outils « c’est bon pour le climat » : des clics à faire chez soit pour découvrir les leviers climat !

Un maximum d’exploitants peuvent s’engager dans cette démarche. C’est la raison pour laquelle une boîte à outils climat a été mise en place.

> Testez votre empreinte carbone avec le parcours Climat-culteur

Le groupe La Poste soutient 10 projets agricoles en relation avec le climat

  • 12 h 20 : Le groupe La Poste soutient la gestion durable des haies sur 3 territoires en Pays de la Loire et en Bretagne

Le stockage du Carbone est aujourd’hui l’une des pistes pour réduire le CO2 dans l’air, le principal gaz à effet de serre responsable du changement climatique. La gestion durable des haies contribue à ce stockage, c’est ce que mesure le projet Carbocage piloté par la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire et financé par l’ADEME. Ce projet s’attache à mesurer le potentiel de stockage des haies gérées durablement sur 3 territoires en Pays de la Loire et Bretagne. La Banque Postale et les Chambres d’agriculture de Pays de la Loire et de Bretagne viennent de nouer un partenariat pour expérimenter un modèle de financement innovant qui rencontre l’intérêt des territoires ruraux et des entreprises engagées pour le climat.

Signature de la convention avec Fabien JOURON, groupe La Poste

> La Banque Postale noue un partenariat pour expérimenter un modèle de financementn innnovant autour du climat

Intervention de la Région des Pays de la Loire - Agir sur le territoire

  • 14 h 00 : Relever le défi de la transition énergétique et écologique

L'ambition du conseil régional, son rôle auprès des acteurs dans les territoires. Les moyens envisagés.

Intervenant : Laurent GERAULT, Conseil régional des Pays de la Loire

> Transition énergétique : la feuille de route de la Région des Pays de la Loire

Table ronde n° 4 : quels rôles peuvent jouer les collectivités ?

  • 14 h 20 : Témoignage. Expérience d’un plan climat dans un territoire d’élevage

Comment la collectivité s’est impliquée dans son premier Plan Climat-Énergie Territorial (PCET) (ancienne version) et comment a-t-elle impliqué l’agriculture ? Exemple de l’étude sur le schéma de méthanisation qui est maintenant à l’échelle départementale. Comment dans ces nouvelles modalités (PCAET) elle souhaite s’impliquer ? Expérience du séminaire des Mauges sur l’adaptation au changement climatique. La collectivité a fait appel à de l’expertise sur les impacts du changement climatique en agriculture d’une part et de l’animation (animation d’atelier sur les acteurs économiques Chambre agri et CCI) auprès de la Chambre d’agriculture.

Intervenant : Christophe DILÉ, vice-président du pôle Environnement Mauges communauté, Maire de Chemillé-en-Anjou

DIAPORAMA - Agriculture et climat : quels rôles peuvent jouer les collectivités ?

> Journée de partage et d’échange sur le changement climatique le 23 février 2018 à Beaupréau - Beaupréau-en-Mauges (49)

> Réaliser un Plan climat air énergie territorial (PCAET)

  • 14 h 20 : Témoignage. Structuration de la filière Bois-énergie avec du bois bocager

Comment la collectivité a intégré le bois bocager dans son offre d’approvisionnement pour sa chaufferie bois ? Quel intérêt travailler avec le secteur agricole ?
Grâce à la collectivité qui assure un débouché, les agriculteurs ont pu s’organiser en SIC (Société d’intérêt Collectif) pour fournir le bois et structurer la filière. Sans cette garantie d’approvisionnement la SIC n’existerait pas.

Intervenant : Franck POQUIN élu en charge de l’énergie, Angers Loire Métropole, maire de St-Léger-des-Bois

> Monplaisir aura sa chaufferie dès 2021

  • 14 h 40 : Les échanges parcellaires, quels bénéfices pour le climat

Etude sur la commune du Bignon permettant d’évaluer l’impact sur les gaz à effet de serre d’échanges parcellaire.
La restructuration du parcellaire, les échanges de parcelles entre exploitant ont permis sur cette commune d’améliorer la structure des exploitations mais aussi ont permis de réduire les émissions en limitant les déplacements en donnant accès à du pâturage, etc. Une réorganisation gagnant-gagnant.

Intervenante : Anne-Sophie BOILEAU, chargée de mission Energie, Chambre d’agriculture Pays de la Loire

> DIAPORAMA - Echanges parcellaires, impacts environnementaux potentiels

Table ronde n° 5 : quels rôles souhaitent jouer les entreprises ?

  • 15 h 00 : Etat des connaissances. Un label carbone pour l’agriculture et la forêt : le projet VOCAL : opportunités et attentes pour les entreprises

Le projet VOCAL, Volontary Carbon Land certication a pour objectif de trouver les méthodes de quantification et de contrôle qui permettront de valoriser certaines pratiques assurant la réduction de gaz à effet de serre ou le stockage du carbone. C’est le cas du projet de la filière laitière, d’un projet forestier sur le stockage.

Ce projet donnerait l’opportunité de valoriser les services rendus par l’agriculture au travers d’un marché carbone volontaire. Mais quelles sont les attentes des entreprises ?

Intervenante : Claudine FOUCHEROT, chef de projet Territoire et Climat chez I4CE

> DIAPORAMA - Présentation du projet VOCAL

> Site du projet VOCAL

  • 15 h 05 : Témoignage. Projet Carbocage, les conditions d’adhésion des acteurs pour un marché du carbone local

Le projet Carbocage a pour but de quantifier le carbone stocké par des haies bien gérées et de valoriser ces unités au travers d’un marché local carbones. Pour connaître les attentes des acteurs et leur intérêt à intégrer un tel dispositif, des enquêtes ont été réalisées sur les 3 territoires pilotes du projet.

Les premiers résultats sont riches d’enseignement sur les attentes des entreprises, des collectivités et des agriculteurs.

Intervenante : Bertille THAREAU, Enseignante chercheur ESA d’Angers

> Projet Carbocage : valorisez le carbone stocké par les haies sur vos territoires

  • Témoignage. Le groupe La Poste, programme Climat + Territoire pour la neutralité carbone

Le groupe La Poste est impliqué à l’échelle régionale auprès des organismes consulaires dans le cadre de la Troisième révolution industrielle (TRIA). A l’échelle nationale, depuis 2013, La Poste est impliquée sur un programme Climat + territoire qui a pour but de soutenir des projets de territoire qui contribuent à la neutralité carbone de l’entreprise. Ainsi La Poste a soutenu un projet dans le massif central, le projet VOCAL. En 2018, les territoires du projet Carbocage ont été retenus. Cette convention signée ce jour, permettra de soutenir concrètement des exploitations qui s’engagent à gérer leurs haies durablement.

Ce projet est emblématique et s’intègre dans une stratégie d’entreprise pour la transition énergétique et climatique. Elle souhaite s’impliquer encore dans les territoires avec le monde agricole et pense que les compétences logistiques de La Poste pourraient être mises à profit dans des projets territoriaux… d’alimentation par exemple.

Intervenant : Fabien JOURON, délégué régional du groupe La Poste

> La neutralité carbone, une démarche volontaire du Groupe La Poste

  • Témoignage. UTILITIES PERFORMANCE

Entreprise travaillant dans l’eau et l’énergie. Entreprise impliquée sur ce que peut faire une entreprise sur le climat.  UTILITIES PERFORMANCE a depuis longtemps lancé une réflexion sur les liens entre les différents secteurs d’activité autour de la « monnaie climatique ».

Avec le secteur agricole notamment, par exemple sur le compte d’épargne CO2.  L'entreprise est intéressée pour expérimenter de nouveaux modes de collaboration et d’engagement multi-acteurs sur ce sujet.

Intervenant : Olivier BARRAULT, vice-président UTILITIES PERFORMANCE et président de l’association Technique Energie Environnement, ex-président du CJD 49

  • 15 h 30 : Conclusions et perspectives

Conclusion de Christiane LAMBERT, présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).
Conclusion de la journée, des témoignages, des attentes des uns et des autres.
Ont été évoquées les perspectives, les enjeux de la PAC, le rôle de l’agriculture sur le climat.

Intervenante : Christiane LAMBERT, Présidente de la FNSEA


Vidéo : testez votre empreinte carbone avec le Parcours Climat-culteur

Votre contact

✉ Pays de la Loire : Sarah COLOMBIE

Chargée de mission Innovation - Climat – Air - Environnement
Chambre d'agriculture Pays de la Loire
Tél. 02 41 18 60 42

PROGRAMME

à télécharger

INFOS PRATIQUES

Journée Agriculture et climat
Hippodrome d'Angers
Chemin de la Chabolais
49000 ÉCOUFLANT

Vendredi 19 octobre 2018
De 9 h 30 à 16 h 30

Tarif
Journée sans déjeuner : gratuit
Journée avec déjeuner : 25 €

Projets climat-agriculture

A SUIVRE AUSSI

Parce qu'elle contribue aux émissions de gaz à effet de serre, comme toute activité humaine, l'agriculture doit aujourd'hui repenser ses systèmes pour diminuer son impact sur le climat. De nombreuses solutions existent.

Impulser une agriculture bas carbone
et s'adapter aux changements climatiques

Booster sa performance par le climat