Vous êtes ici : Accueil > Innovation-R&D > Animal > Recherche & Développement > Alimentation animale > Augmenter l'autonomie protéiques des éleveurs - Projet SOS Protein

Augmenter l'autonomie protéiques des éleveurs - Projet SOS Protein

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

SOS Protein : accompagner les éleveurs de l'Ouest vers plus d'autonomie protéique

Le plan SOS Protein (Sustain Our Self-sufficiency Protein Research to Overcome the Trend of European Import Needs*) est mis en place pour que les élevages de l'Ouest puissent tendre vers plus d'autonomie protéique et réduire leurs importation. Pour cela, 4 axes de travail ont été définis :

  • PROGRAILIVE : sécuriser la production des protéagineux (pois, lupin, féverole).
  • 4AGEPROD : développer des ressources fourragères riches en protéines (mélanges prairiaux, mélanges céréales protéagineux immatures, luzerne).
  • TERUnic : conduire une étude sociale, environnementale, micro et macro-économique de l’impact de la mise en place de solutions augmentant l’autonomie protéique (de l'échelle de l'exploitation à l'échelle du territoire).
  • DY+ : optimiser l’utilisation digestive des aliments par les animaux (bovin lait, porc et volaille).

Pour nourrir leurs animaux, la Bretagne et les Pays de la Loire, comme d'autres régions européennes d'élevage, dépendent massivement de l'importation de matières premières riches en protéines (soja notamment), à un prix fluctuant, parcourant plus de 10 000 km, pouvant être sources d'OGM et contribuant à la déforestation.

C'est dans l'optique de répondre à cette problématique que le place SOS Protein, porté par le pôle Agronomique Ouest, a été pensé et mis en place.

Soutenir nos recherches en autosuffisance protéique pour réduire le recours européen aux importations.


Qui participe à ce projet

Le plan SOS Protein compte aujourd'hui une trentaine de partenaires de la recherche appliquée animale et végétale.

Il est financé par Conseils régionaux de Bretagne et des Pays de la Loire, ainsi que par le FEADER.

Période du projet :
janvier 2016-déc. 2019.