Vous êtes ici : Accueil > Innovation-R&D > Animal > Recherche & Développement > Alimentation animale > Projet DY+

Optimiser l'utilisation digestive des aliments par les animaux - Projet DY+

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

DY+ : explorer les leviers de l'utilisation digestive des aliments autour de 3 grandes espèces de l'Ouest

Porcs, vaches, volailles, etc. les animaux d’élevage ont besoin de protéines pour constituer leur muscle et donc la viande, mais aussi le lait ou les œufs qui composent nos menus. Les aliments distribués aux animaux d’élevage sont formulés de façon à couvrir au mieux les besoins nutritionnels des animaux. Levier significatif de réduction de notre dépendance aux protéines de soja, l’optimisation de l’utilisation digestive des aliments par les animaux peut s’exercer à 2 niveaux :

  1. la préparation des aliments (pré-traitement des matières premières, process de trituration, formulation, ...) pour améliorer leur valeur nutritive
  2. la stratégie d’apport, ou plan d’alimentation, pour améliorer l’efficacité digestive de l’animal.

Le projet Dy+ propose d’explorer ces 2 types de leviers pour les 3 grandes espèces élevées dans l’Ouest : la vache laitière (DY+ Milk), le porc charcutier (DY+ Pig) et le poulet de chair (DY+ Poultry).


DY+ Milk

Les besoins des vaches laitières en protéines de qualité sont élevés et les apports azotés sont un levier de la productivité. Trois axes sont envisagés pour améliorer l’efficience de l’utilisation des compléments protéiques des troupeaux laitiers :

  • la recherche de solutions technologiques de protection des protéines,
  • l’identification de voies techniques d’avenir : utilisation d’acides aminés protégés, élevage de précision,
  • la conception d’indicateurs de nutrition azotée à partir d’analyse de lait.

DY+ Pig

En production porcine, l’engraissement des porcs est l’activité qui consomme le plus d’aliment et le plus de protéines à l’échelle de la filière. Trois axes sont étudiés pour améliorer la valorisation par l’animal des protéines alimentaires :

  • l’effet du traitement technologique (granulation) appliqué à l’usine de fabrication d’aliment sur l’utilisation digestive des différentes matières premières,
  • la faisabilité pratique d’une alimentation multiphase avec les équipements de distribution en soupe,
  • l’étude du comportement alimentaire à l’échelle de la journée.

Livrable du projet DY+ Pig

Webinaire "Alimentation de précision des porcs charcutiers"

DY+ Poultry

En production de volailles, les travaux reposent sur l’hypothèse qu’il est possible de  pré traiter les matières premières pour augmenter la fraction valorisable par les animaux. Deux technologies sont challengées : 

  • un processus naturel de transformation de la graine : la germination, levier potentiel pour rendre plus assimilables les protéines de la graine et donc pour améliorer le taux de fixation des protéines par l’animal,
  • un processus thermique : le toastage qui permet de modifier la structure des protéines pour  les rendre plus accessibles aux enzymes digestives et qui permet également de dégrader les facteurs antinutritionnels, connus pour limiter la digestibilité des protéines.

Qui participe à ce projet

Le projet DY+, coordonné par le pôle VALORIAL, rassemble les partenaires suivants :

  • Les organismes professionnels agricoles : Chambres d’agriculture des Pays de la Loire, Chambre d'agriculture de Bretagne, réseaux CAB-GAB, réseaux FRAB-GAB, RAD, GRAPEA
  • Les acteurs économiques : Atlantic conseil élevage, In Vivo NSA, Valorex, Agrial, Ajinomoto, Adiséo, CCPA Deltavit, BCEL Ouest, Clasel, ECLA, EILYPS, Triskalia, Terrena Innovation, Mixscience, Cooperl Arc Atlantic, CARGILL/Provimi, INZO
  • Les organismes de recherche et de formation : IDELE Institut de l'élevage, IFIP Institut du porc, INRA de Rennes, INRA de Nantes, INRA de Tours, INRA du Magneraud, TECALIMAN  

Il est co-financé par l'Union européenne via le FEADER.

Période du projet :
janvier 2016-déc. 2019.

Votre contact