Vous êtes ici : Accueil > Innovation-R&D > Animal > Recherche & Développement > Conduite du troupeau > Jigy la Génisse

Jigy la Génisse

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Suivez la vie de Jigy-la-génisse ! Bonnes pratiques et recommandations pour les éleveurs

Depuis de nombreuses années, les organismes agricoles communiquent sur des techniques d’élevage des veaux et génisses permettant de diminuer les pertes et d’optimiser les croissances tout en tenant compte du temps de travail de l’éleveur. Pour autant, les pertes de veaux se maintiennent autour de 12 % en Pays de la Loire.

En 2014, une étude a été réalisée par des étudiants de l’ESA pour identifier les raisons de non utilisations de certaines pratiques permettant d’optimiser l’élevage du veau et de la génisse : 81 éleveurs laitiers du Grand Ouest ont été enquêtés sur leurs pratiques autour des génisses. Plus de 80 % des éleveurs disent rencontrer des problèmes sanitaires sur les veaux. Cependant, ils considèrent l’élevage des génisses comme une activité secondaire par rapport aux vaches laitières. La majorité ne sont pas prêts à investir pour les génisses ni à modifier certaines de leurs pratiques de peur d’avoir plus de pertes.

Afin d’inciter les éleveurs à se repositionner sur l’élevage des génisses laitières pour assurer un bon renouvellement de leurs troupeaux, le groupe Génisses des Pays de la Loire, de Bretagne et de Normandie a suivi une génisse de la naissance au vêlage.

Vous pourrez suivre dans cette la chronique de Jigy-la-Génisse à travers des brèves, des rappels de bonnes pratiques, des repères de rationnement et de croissance. Le mode d’élevage et les performances de Jigy-la-génisse correspondent à une conduite donnée ; d’autres pratiques permettent d’obtenir des résultats en adéquation avec les objectifs de l’éleveur.


Les actualités de Jigy la Génisse

C’est pour bientôt ! Je viens d’intégrer la stabulation des vaches laitières et découvre les racleurs, les logettes, la salle de traite et mon...

Grâce aux stocks d’herbe sur pied en début d’été, j’ai pu rester au pâturage sans aucune complémentation.

Lors de la mise à l’herbe le 17 mars, je pesais 395 kg. Ma croissance hivernale avait été modérée à 575g de GMQ/j.

Cela fait plus d’un an que vous suivez mes aventures… mais si nous allions prendre des nouvelles des génisses d’une autre station ? Petit coup de fil...

Avec les problèmes de portance dans les terres humides et pour ne pas retarder notre mise à l’herbe, je suis d’abord sortie mi-mars sur une parcelle...

Mon échographie à 35 jours est positive. Dans une semaine, si les conditions sont favorables, je serais mise au pâturage. Mon éleveur préfère nous...

J’ai été inséminée le 28 janvier 2018 avec une dose sexée. L’objectif à l’insémination est de 400 kg ou 170 cm de tour de poitrine. Mon poids de 370...

vendredi 05 janvier 2018

Après un mois au bâtiment, mon aspect a bien changé : j’ai été tondue sur la ligne de dos et je suis bien mieux. Mon dos reste propre et sec.

Tous les jours, je consomme 4 kg de matière sèche (MS) de surplus de la ration des vaches laitières en expérimentation. Ces surplus proviennent d’une...

Cet automne, je pâture ! En plus, je dispose de foin à volonté au râtelier et d’une pierre à sel. Quotidiennement, je reçois dans une auge une...