Protéger les abeilles pour garantir la reproduction des végétaux

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les abeilles contribuent à l'équilibre agro-écologique

Les Pays de la Loire comptent près de 2 100 apiculteurs et plus de 60 100 colonies (chiffres Télérucher 2016 selon les déclarations des ruchers). Parce que l’apiculture contribue au développement des végétaux sauvages et agricoles, il est primordial de répartir les ruches sur tout un maillage territorial. Pour produire1 kg de miel, les abeilles auront visité 4 millions de fleurs !

Grâce à la pollinisation et au choix des emplacements de ruchers, l’apiculture contribue au développement des espèces végétales sauvages (forêts, parcs régionaux…) et de certaines cultures (céréales, oléagineux, arboriculture, semence, fourrages). Dans notre région, les végétaux entomophiles (pollinisés par les insectes) représentent au moins 40 % de la valeur totale des végétaux agricoles, soit 900 millions d’euros.

Les affaiblissements et les mortalités d'abeilles sont importants dans les Pays de la Loire à raison de 40 % du cheptel en 2017. Ils ont nécessité la mise en place d'un observatoire spécifique (OMAA) construit par des apiculteurs et géré par un vétérinaire, pour alerter les Pouvoirs publics.


Apis mellifera, un pollinisateur exceptionnel

Depuis des millions d’années, les insectes entomophiles jouent un rôle essentiel dans la pollinisation des plantes à fleurs et aujourd’hui, contribuent à la reproduction de 70 % des espèces végétales destinées aux ressources alimentaires. Pour 4 principales raisons, l’abeille domestique, apis mellifera, est un pollinisateur exceptionnel :

  • cet insecte est recouvert de poils branchus ce qui permet une accroche et un transport des grains de pollen ;
  • il a une alimentation sélective et essentiellement composée de nectar et de pollen des végétaux ;
  • son comportement est fidèle, c’est-à-dire qu’il visite toujours la même espèce de plantes lors d’un butinage ;
  • enfin, le pollen transporté reste viable suffisamment longtemps (plusieurs heures) pour assurer la reproduction végétale lors des visites suivantes.

Les abeilles, principal vecteur de développement de la biodiversité et de l'activité végétale

L’apiculture impacte positivement la biodiversité, selon le chercheur entomologiste Bernard VAISSIERE (Pollinisation entomophile, écologie des invertébrés – INRA Avignon) :

  • Les abeilles domestiques sont des insectes pollinisateurs généralistes de premier plan qui participent à la pollinisation d’un grand nombre d’espèces végétales dont les espèces menacées.
  • L’activité pollinisatrice des abeilles est remarquable. Sur le plan quantitatif, de nombreuses butineuses (jusqu’à 25 000 par colonie) ont pour mission essentielle de rapporter nectar ou pollen à la ruche. Très active, une seule butineuse peut visiter plus de 700 fleurs par jour et peut récolter, par exemple sur le melon, 300 à 400 grains de pollen en une seule visite.
  • Sur le plan qualitatif, les fécondations croisées issues des pollens de plantes d’une même espèce mais génétiquement différentes, évitent la dégénérescence des végétaux.
  • Cette action est positive sur la production de fruits et de graines a aussi des retombées bénéfiques sur toute la faune qui s’en nourrit.

L'apiculture contribue également à l'activité économique végétale. Il est important de souligner que l’apiculture contribue à la pollinisation de 80 % des végétaux dans le monde et, indirectement, à la diversité alimentaire humaine : en effet, de 30 à 50 % du bol alimentaire de l'homme est issu de la pollinisation.

En effet, de nombreux fruits, légumes, oléagineux ne pourraient pas être produits à si faible coût si les colonies d’abeilles et les apiculteurs, par le choix de disposition des ruchers,  ne réalisaient un travail nécessaire de pollinisation.

Pour toutes ces raisons, une aide est spécifiquement accordée aux apiculteurs pour reconstituer leur cheptel.

La contribution économique de l’apiculture à l’agriculture est estimée à plus de 900 millions d'euros, soit près de 40 % du chiffre d’affaires de la valeur des végétaux agricoles en Pays de la Loire.

Stratégie régionale apicole 2016-2020

La Région des Pays de la Loire a élaboré une stratégie co-construite avec les représentants de la filière apicole le 2 octobre 2017. Les grands axes retenus sont :

  1. Fédérer les acteurs régionaux du monde apicole
  2. Favoriser le maintien et l’augmentation du cheptel apicole, et pour cela limiter les causes de diminution des cheptels, soutenir leur reconstitution et leur développement, soutenir la génétique, développer les ressources alimentaires des abeilles.
  3. Assurer la compétitivité et la pérennité des entreprises en impliquant les acteurs du monde apicole et agricole, et pour cela accompagner les apiculteurs et les futurs apiculteurs, favoriser l'émergence de partenariats avec les agriculteurs, soutenir la recherche appliquée).
  4. Valoriser et développer le marché et la consommation de miel régional et pour cela accompagner la structuration de la filière par des démarches qualité, favoriser le consommer local et soutenir les projets de transformation.

Ces orientations font partie de la stratégie agri-alimentaire partagée des Pays de la Loire 2016-2020.

Visionner

Les abeilles, un maillon fort de l'écosystème