Vous êtes ici : Accueil > Innovation-R&D > Agriculture biologique > Recherche & Développement > Arboriculture > Pommiers : désherbage et travail du sol

Pommiers : désherbage et travail du sol

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Tester l’efficacité et la faisabilité de diverses méthodes d'entretien du rang

L’entretien du rang est l’une des problématiques les plus prégnantes en arboriculture biologique. En effet, il est prouvé qu’un enherbement mal maitrisé concurrence la plantation, tant au niveau de l’alimentation hydrique que de la nutrition azotée. En outre, le couvert herbacé offre des conditions favorables à la prolifération des campagnols dont les dégâts peuvent impacter le développement des arbres. Le désherbage apparait donc comme une priorité.

Différents essais ont été conduits sur pommiers et cassissiers, espèces particulièrement difficiles à désherber, afin de tester l’efficacité et la faisabilité de diverses méthodes.


Principaux résultats

Afin d’éviter d’endommager le système racinaire, relativement superficiel dans les conditions du verger de La Morinière, la priorité a été donnée aux outils agissant uniquement sur le couvert végétal tels l’herbanet ou le désherbage thermique. Si l’enherbement permanent peut également représenter une solution, il est susceptible de favoriser la présence des campagnols. Nous lui avons donc préféré la mise en place de dalles en feutre au pied des arbres. Cependant, il s’avère que cette technique favorise également la prolifération des campagnols, ce qui la disqualifie.

En termes d’efficacité, l’herbanet obtient les meilleurs résultats même si elle est plus chronophage que le désherbage thermique. Cet outil à fils ne permet toutefois pas d’éliminer les touffes d’herbes au pied des arbres. Les bruleurs présentent le désavantage d’être gourmands en gaz et d’avoir une efficacité limitée dans le temps.

Sur le cassis ont été testés la pose d’un film tissé et d’un film en polyéthylène sur le rang en comparaison du binage mécanique. L’outil mécanique s’avère peu adapté à la haute densité de plantation (0.75 m) et au port buissonnant des plants. Le film polyéthylène a rapidement été endommagé alors que le film tissé est resté intact. Cependant, une intervention manuelle a été nécessaire afin d’éliminer les adventices qui se sont développées dans le trou prévu pour le plant.

La conduite en tige peut permettre de faciliter le désherbage mais un essai a montré qu’elle impacte trop défavorablement le rendement par rapport à la conduite en buisson. 

Qui a participé à ce projet

Ce projet est piloté par La Morinière et financé par le Conseil régional des Pays de la Loire.

Période du projet :
Janvier 2011-Décembre 2016.

Contact

✉ La Morinière : Benjamin GANDUBERT

Station expérimentale La Morinière

Financeur